Le contenu de cette page nécessite une version plus récente d’Adobe Flash Player.

Obtenir le lecteur Adobe Flash

 
.........................
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

 

ORGANO#1

ORGANO#2

ORGANO#3

ORGANO#4

ORGANO # 5 - CARNATION VEGETALE - 18 & 19 MAI 2019

Art contemporain, art numérique, performance & art vidéo

Vivres de l'art - 4, rue Achard - 33 300 Bordeaux

Dans une volonté toujours affirmée de créer un événement déjanté, singulier et engagé autour du corps et des arts visuels, la 5ème édition de la biennale « corps et arts visuels » ORGANO choisit d’interpeller les artistes sur le thème CARNATION VEGETALE. La carnation  de cette 5ème édition se veut VERTE et propose de créer un événement où l’humain et le végétal s’entremêlent et réinventent le monde.

Créatrice & Directrice artistique de la biennale: Nathalie Canals

TARIFS >> 6€ le samedi - 5€ le dimanche - 10 € forfait pour les 2 jours >> Réservation en ligne: clic!

 

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

La compagnie Méta-Carpe à Organo#5 avec la performance ÜBM / Variation

SAMEDI 18 MAI - 21:00

En 2097, un duo d'artistes chercheurs mène une série d'expérimentations sur différentes
formes de vie, quelle que soit leur échelle. Dans leur laboratoire, ils étudient
actuellement une créature électrique et végétale qu'ils ont appelé Über Beast Machine.
Qui est-elle ? D'où vient-elle ? Comment interragit-elle avec son environnnement ?
Ils vont tenter de le découvrir en opérant un rapprochement et en mettant en route
une nouvelle machine...

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

SAMEDI 18.05.19 / 18:00 - 00:00

 

18h - OUVERTURE BIENNALE - EXPOSITION - 21 artistes -

 

// GABRIEL CALVIAC – artiste plasticien – Bordeaux //

Gabriel Calviac utilise une page de revue qu’il plaque contre une vitre ancienne et il laisse la lumière du soleil venir s'y réfléchir. Le recto et le verso de la page se superposent alors et l’artiste prend la photo finale avec son smartphone. C'est extrêmement aléatoire, il ne retouche jamais rien et revendique plutôt une approche "do it yourself ". 

 

 

// Christophe CHELABI– artiste plasticien – Bordeaux //

Ordinary Mythology est une série de statues allégoriques, mannequins recyclés en divinités de toutes les mythologies du monde. Les objets du quotidien, les matériaux naturels, les ustensiles courants et les déchets issus de nos existences deviennent des vêtements, des bijoux, des armes ou encore des animaux, symboles de la divinité et de ses attributs. Au travers de ces dieux et déesses, avatars de nos idéologies contemporaines, l'artiste questionne les idoles, les mythes et les figures qui habitent nos représentations. Pour Organo, Christophe Chélabi présente Harm Dryaden référence au dryades, déesses mineures (nymphes) de la végétation.

 

 

 

// CHRISTINE DUBOZ – artiste plasticienne – Bordeaux //

Christine Duboz présente des gravures lino/gaufrage qui mettent en scène des semblants de végétaux, cellules, germes, racines et fragments hybrides . Elle a poussé leur représentation dans un rapport animiste, mettant en relief leur matérialité, leurs chairs, leurs liens et leurs mutations , leur résonance intime avec l'humain et l'animal.

Site Christine Duboz.

 

 

// DS – musiciennes - vidéastes – Bordeaux //

Domino domina  est issu d'un morceau du groupe DS, créé en 2017. Le clip est tourné, en partie, au marché des Capucins dans le quartier St Michel de Bordeaux. Il s'agit de mettre en scène les pratiques BDSM est plus spécifiquement les jeux D/s (Domination/soumission) en utilisant les végétaux (fruits et légumes) comme objets de soumission.

Site DS

 

 

// BRUNO FALIBOIS – artiste photographe – Bordeaux //

Le moi-peau est un concept de psychanalyse développé par Didier Anzieu. Partant du principe que toute fonction psychique se développe par appui sur une fonction corporelle dont elle transpose le fonctionnement sur le plan mental, la peau a une importance capitale : elle fournit à l’appareil psychique les représentations constitutives du Moi et de ses principales fonctions. Le moi-plante, la peau-serre, le reflet-surmoi… Pour « Carnation Végétale », je propose le surgissement d'histoires et de questions à partir de ce concept.

 

 

// CARMEN HERRERA NOLORVE – artiste plasticienne péruvienne – Bordeaux //

A travers son œuvre «Pachamama Hybrida»,  Carmen Herrera Nolorve, fait référence à la Pachamama*.  
L’artiste propose une gravure d’une déesse contemporaine  à la façon de l’école cuzqueña en y intégrant plusieurs références à la culture péruvienne. A travers cette œuvre, elle aborde la question de la relation corps-nature féminine notamment en rendant hommage à sa terre natale Pucallpa qui signifie Terre Rouge.

*Pachamama: Pacha, qui veut dire terre, soleil, cosmos, espace, temps. Et mama qui signifie Mère, dame, maitresse.

Site Carmen Herrera Nolorve

 

 

// PASCAL JACQUET – artiste plasticien – Blas (47) //

Dans un délicat enchevêtrement de lignes organiques, s’immiscent des fragments de nature – bouts d’écorces, brindilles, mousses – pour donner souffle et relief au tableau.
Le regard pourrait vagabonder des heures sur ces toiles singulières, que l’on aurait envie de toucher tant la matière semble frémissante.  Chacune, par son thème, son traitement dynamique du trait, sa poésie, recèle un univers déroutant qui invite à l’envol de l’imaginaire.

Site Pascal Jacquet

 

 

// LAURE JOYEUX – artiste plasticienne – Bordeaux //

Le projet de Laure Joyeux matérialise l'hybridation de l'humain et du végétal, tous deux partie prenante de la Nature. L'ensemble est pensé comme un vestige archéologique, comme enfoui sous une couche de végétaux. Ce vestige se compose d'un ensemble de motifs de fleurs brodés, d'une superposition de papiers végétaux réalisés à partir de feuilles provenant de différentes essences végétales (chêne, érable et bambou) et de radiographies humaines. Les feuilles de papier semblent être soumises à la destruction, à la décomposition liée au temps qui passe. Elles apparaissent à la surface du corps radiographié, comme une peau. Les motifs de fleurs et leurs tiges révèlent la vitalité du monde végétal par leurs couleurs et leur mouvement. Les tiges s'entortillent et se nouent autour des ossements tandis que les fleurs expriment leurs délicatesses. La présence du papier, du végétal et des ossements sont une trace de l'éphémère et de la fragilité de la vie.

 

 

//ELISSAR KANSO– artiste plasticienne libanaise – Bordeaux //

Elissar Kanso présente « Ouh-verte », sculpture végétale.
Dans la culture orientale, l'expression « une femme ouverte » est péjorative. Les hommes l'emploient pour désigner une femme qui a perdu sa virginité hors mariage. Elle est considérée sans honneur aux yeux de la société et déshonore sa famille. Le propos de l'artiste est ironique. Il s'agit de détourner cette expression en jouant et en décomposant ce terme : Ouh ! cri de désapprobation est associé à l'adjectif verte qui se veut positif.

Site Elissar Kanso

 

 

// ENORA LALET – plasticienne culinaire – Bordeaux //

L’utilisation de la nourriture comme matériau premier est la particularité de la pratique artistique d’Enora Lalet. Terreau d’interactions sociales permanentes, la question culinaire est inépuisable, elle puise dans notre imaginaire culturel construit et s’empare du corps dans une polysensorialité accrue. C’est le cœur du propos de l’artiste : elle aborde le métissage des genres, des cultures et des techniques en proposant des scénographies transdisciplinaires, c’est à dire à mi-chemin entre la parure, la gastronomie, la couture, le théâtre, la musique… Ces tableaux vivants oniriques font appel à tous les sens du spectateur, à sa propre mythologie personnelle.

Site Enora Lalet

 

 

// AURELIE MARTINEZ – artiste plasticienne & docteure en arts – Floirac //

Pour cette nouvelle édition de la Biennale Organo, Aurélie Martinez présente un portrait photographique imprimé sur une toile blanche. Le visage est inexpressif, les yeux sont clos et la peau a une teinte cadavérique. On ne distingue quasiment plus de différences entre le fond et la forme. De la bouche entrouverte sortent des fils verts. Cette pousse, si étrange, se répand telle une coulée verte. Le corps porteur semble au ralenti au fur et à mesure que cette nature l’envahit.    

Site Aurélie Martinez

 

// CHRISTELLE MAS – artiste plasticienne – Oulu, Finlande //

L’artiste Christelle Mas met en scène un univers fictif et inquiétant. Elle s’intéresse à la forme sauvage de la nature, lieu mythique de fantasmes, de peurs, propice à l’imaginaire. Elle essaie d’y photographier ce que l’on n’y voit pas. Elle a donc élaboré des mises en scène et capturé d’étonnantes et belles images au téléobjectif en utilisant divers filtres pour créer un univers étrange. Le résultat est séduisant et le mélange de précision toute médicale et de fantasmagorie révèle une œuvre originale et très personnelle.

Site Christelle Mas

 

 

// THIBAULT MESSAC – artiste plasticien, créateur d'images – Bordeaux //

Thibaut Messac illustre le lien entre l’humain et le végétal à travers l'embryogenèse des plantes et particulièrement des plantes à fleurs.  Au stade globulaire, les cellules des plantes se présentent, dans leur forme, quasiment comme chez les humains. A travers ce « nid végétal » cet œuvre tend à illustrer le lien entre l'Humain et le Végétal. C’est une sorte d’agrégat végétal,  de «nid végétal» extrêmement dynamique, avec une dominante de verts et quelques éléments floraux qui contrastent l'image.

Site Thibault Messac

 

 

// IRIS MIRANDA – artiste plasticienne – Lavardac (47) //

Iris Miranda développe dans ses estampes (xylographie, taille-douce, monotype) une écologie énigmatique où l’humain est représenté dans une proximité avec la nature et le vivant, aux prises avec les éléments et les états déployés d'un espace-matière sans limite.
Dans la série « Humus », le corps bourgeonne et s'épanouit, il est appréhendé comme un écosystème fluctuant, fertile et perméable, en perpétuel devenir. Le motif végétal figure une tentative graphique pour rendre compte des perceptions subjectives éprouvées de l’intérieur, pour transcrire la sensation d’ «être-vivant ».
C’est un corps-monde dont la peau n’est pas une frontière mais une surface d’échange, organe sensible, tactile et émotionnel à la fois, la membrane périphérique d’un corps perméable aux éléments, traversé par les fluides et affecté par les frémissements du désir.

Site Iris Miranda

 

 

// MARINE NOUVEL – artiste numérique – Le Havre //

Faire Corps
Le travail de Marine Nouvel est orienté  vers l’exploration du corps, comme repère charnel et  Hybride végétal/humain mais aussi , comme hétérotopie, comme espace où se greffe l’imaginaire: Faire pousser la chair en 3D, à travers le champignon ou la tumeur en 3D, la greffer à la peau ou au mobilier, la faire sortir du corps, mélanger le végétal et l’animal, fusionner le corps étranger et le corps qu’il habite.

Site Marine Nouvel

 

 

// DAVID ORTSMAN – Peintre & dessinateur – Marseille //

« Dans ses dessins à l’encre de Chine, aux encres aquarelles et au Rotring, l’artiste se met en scène dans des situations surréalistes où il est à la fois témoin, victime de la barbarie des personnages (pantins, squelettes, animaux, peluches), victime du paysage (fleurs, arbres, maisons), mais également acteur de cette violence engendrée. En effet, il mord, mange, croque, torture, découpe les autres, et parfois lui-même : son double est cannibale et autophage. La menace et la tension sont donc présentes dans ses saynètes étranges et colorées. La violence est là, mais elle paraît cependant douce, voire indolore et festive dans certaines œuvres. Les personnages de David Ortsman ont l’air paisible dans ces cauchemars ou plutôt ces rêves ; ils dorment, pleurent en silence, sourient même. Sont-ils habitués à cette brutalité, cette méchanceté qu’ils trouvent normales ? L’artiste nous interroge  alors sur les rapports des hommes entre eux et envers la nature qui les entoure. Devenons-nous petit à petit de mauvais sauvages ? » Géraldine Dufournet .

Site David Ortsman

 

 

// JULIETTE PELINARD – Créatrice de photomontage – Pessac //

La série d'hybridations humain/végétal (2018), montre l'Homme envahi par une végétation vengeresse et prolifique : un corps à corps où s'interpénètrent chair et chlorophylle. Le paysage industriel en toile de fond est sans équivoque quant à l'impact écologique de l'humain. Cette vendetta végétale n'exclue cependant pas la douceur et la beauté inhérentes au monde de la flore. Les notions antithétiques mises en œuvre sont donc plurielles sur cette série : confrontation et interpénétration de l'anthropomorphique et du végétal, nature et  industrie, beauté poétique de la flore et étrangeté menaçante.

Site Juliette Pélinard

 

 

// JEAN_PIERRE REY – Photographe – Bazas //

Photographe traditionaliste (noir et blanc argentique) pour qui le corps féminin est le sujet exclusif de recherche, de perdition, d'émerveillement. Pour la biennale Organo Jean-Pierre Rey propose une série de photographies dans lesquelles il  orne la peau de son modèle de fleurs et de végétaux afin de créer une seconde peau végétale.

Site Jean-Pierre Rey

 

 

// NADIA RUSSELL – artiste plasticienne - Bordeaux //

Réalisation en cours... Installation avec écosystème & vidéo "Hélix Aspersa"

 

 

// ADRIANO RIVA – artiste plasticien – Huelgoat //

Adriano Riva réalise des graffitis végétaux. Dans les sous-bois recouverts de mousse il est fasciné par l’immobilité et la suspension du temps. Il cherche à recréer cet univers en ré-habillant des objets quotidiens, des lieux, des vêtements...etc. C'est la force de la nature qui reprend ses droits. Face à nos rythmes de vies de plus en plus effrénés, il aime confronter la lenteur de la nature. Pour la biennale Organo, Adriano Riva présente 2 vidéos qui reflètent son univers végétal, burlesque et poétique.

Site Adriano Riva

 

 

// EMa  Eygreteau - Tinbox //

Durant les 2 jours, sur le parvis des Vivres de l’art, la Tinbox accueille l’artiste EMa Eygreteau. L'artiste présente l'installation Gossipium 3.0 spécialement créée pour Organo 5 & pour la tinbox.

Gossipium 3.0, est une installation qui propose l’observation à l‘échelle macroscopique d’une mise en culture d’une cellule mi végétale mi humaine. Cette œuvre polymorphique filée s’appuie sur la forme structurelle des pollens observés au microscope électronique. Dans un premier temps, le propos est de rendre visible à l’œil nu un processus de mise en culture d’un greffon de cellules végétales et humaines par le format XXL. Dans un second temps, l’oeuvre vise à questionner les manipulations génétiques et propose un regard critique sur l’Anthropocène.
La Tin box, milieu stérile, lieu d’expérimentation sans régulateur de croissance devient le lieu de la mise en culture de cette étrange cellule fabriquée par l’homme. Mythologie personnelle, elle propose une histologie imaginaire d’un Gossipium. Sur les parois blanches immaculées rappelant l’espace aseptisé du laboratoire, des cellules polylobées cultivent l’ambiguïté des sens.  Les protubérances anthropomorphiques forcent le passage de la membrane cellulaire. L’œuvre prolifère, se multiplie, échappant ainsi à tout contrôle.
Dans un même temps cette installation questionnent le processus de création aussi bien dans la cellule hybridées en devenir que dans le choix des matériaux utilisés : le naturel et l’industriel. La main de l’homme n’est jamais très loin tant au niveau du processus de création de la forme que des matériaux.
Fleur de coton, pollen de coton, le coton brut a été manipulé, transformé. Certaines teintes sont la résultante d’une extraction de la carnation de plante dans une teinture naturelle. En étant crochetées, elles viennent dialoguer, s’entretisser avec des teintes industrielles. A l’image de « Grenouille » du « Parfum » de SUSKIN, j’extrais non pas l’odeur de la peau de mes collectes végétales mais leur carnation. Le choix du coton renforce la symbolique de l’oeuvre.
Gossipium 3.0, greffon intrigant rappelle par ses nodules polylobés qui s’agglomèrent, s’agglutinent, se greffent, se combinent pour proliférer, pointe un futur en devenir plus ou moins inquiétant.

Site EMa Eygreteau

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

19:00 - LE CHANT DES PLANTES  - Expérience sonore & visuelle - Bordeaux

Le chant des plantes est une expérience permettant de rendre sonore l'existence bioélectrique des végétaux. L’artiste et/ou les visiteurs touchent les feuilles, les tiges, la terre. Le synthétiseur utilise la conductivité naturelle du corps et du vivant pour moduler le son. La musique produite est le résultat de l'interaction entre le corps de l'artiste et la plante.

Site Quassine

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

20:00 - SESSION DISSEMINATION - Performance sonore chamanique - Kanoamaou - Bordeaux

A l’intérieur de la communauté Yanomami, peuple indigène des forêts d’Amérique du Sud, il est nommé « Kanoamou » un monologue qui transmet des informations, des souhaits, des désirs, des frustrations ou des griefs… En s’appuyant sur des instruments issus de différentes traditions chamaniques, voici un voyage musical qui nous interpelle, avec force et sagesse, sur le monde du vivant. Hors de tout format habituel, c’est l’esprit de la nature, qui s’exhale de ce spectacle inclassable où s’entremêlent musique chamanique, poésie philosophique et free jazz…

Phil Canals = Saxophones Baryton & Ténor / Voix / Tambour Chamanique / Percussions / Flûtes Amérindiennes / Guimbardes Khomus & Dan Moi.

site kanoamou

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

21:00 - ÜBM/VARIATIONS - Performance - Cie Méta-Carpe - Michaël Cros & Sylvain Delbart - Marseille

Qui est « über beast Machine ? » ? Un robot androïde ? Un hybride végétal anthropomorphe ? D’où vient-il ? Quelle est son histoire ? Cette performance se situe entre expérimentation et théâtre et quelque part entre Nietzsche (l’übermensch / le surhomme) et « Man Machine » de Kraftwerk.

Depuis 2007, l’artiste transdisciplinaire Michaël Cros développe à la Méta-Carpe un univers étrange et inquiétant constitué de corps hybrides, mécanisés, sombres et végétaux. Les créatures, ersatz d’une humanité « altérée », lui permettent de questionner notre condition humaine en lien avec les non-humains, quelle que soit leur échelle. Entre espèces menacées y aurait-il un avenir commun à inventer ?

Site compagnie META-CARPE

Performance soutenue par le Centre le la marionnette de Wallonie-Bruxelles à Tournai
projet Europe Creative : Numeric's Art and puppetry Project (NAPP)

Porteur de projet, marionnettes, vidéos et jeu : Michaël Cros
Programmation, scénographie numérique, composition et jeu : Sylvain Delbart
Complices chercheurs : Adrien Meguerditchian (éthologie) et Jérémy Damian (anthropologie)
Lumière : Greg Mittelberger
Constructeurs : Manu Fleury, Mario Mathis et Greg Mittelberger
Ecriture site web : Frédérique Chateau et Michaël Cros
Complices constructeurs pour le robot-marionnette : Alexandre Aubin et Severino da Silva
Peau ÜBM : Nathalie Guichon

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

DIMANCHE 19.05.19 // 12:00 - 18:00

 

12:00 - JUNGLE - Installation culinaire/buffet artistique inédit - Enora Lalet

Un buffet inédit sur une table carré recouverte de graines germées, au milieu desquelles s’éveillent deux visages endormis qui dialoguent. L’univers chlorophylle s’envisage comme une pièce de théâtre à l’horizontale, des visages verdâtres, mi-hommes, mi- plantes émergent d’une prairie ou des mets se picorent comme une part du paysage culinaire.

Site Enora Lalet

 

16:00 - Visite commentée organo 5 organisée par l'association L'Irrégulière - Céline Lalau

Découvrir pas à pas les œuvres exposées dans le cadre de la cinquième édition de la biennale ORGANO "Corps & art visuels" sur le thème "Carnation végétale". Visite accessible à tous pour mieux appréhender le regard singulier posé sur le corps et ses représentations dans les arts visuels actuels.

Visite commentée sur inscription: site l'irrégulière.

 

18:00 - FERMETURE DE LA BIENNALE

 

 

/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

// PARTENAIRES //

 

 

 

 

////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

// EQUIPE //

Copyright : Sonia Goulvent

De g. à d.: Aurélie Martinez, Nathalie Canals (Directrice artistique), Marie Siberchicot, Sophie Sourillan

Régie son & lumière : Marc Simon

 


/////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////////

ORGANO#4 - Mai 2017 - Seconde peau

ORGANO#3 - Mai 2015 - Sexe du futur & cybersexe

ORGANO#2 - Mai 2013 - Avatars & corps numériques

ORGANO#1 - Mai 2011 - Corps Mutants

 < Retour accueil

^ Haut de page

 

 

 

 

   
contact l mentions légales
© Totoche prod - 2010 - totocheprod@free.fr